UNITES VOLANTES
9 Fighter Command/ 9th Air Force


Page précédente

Mais lors des reportages des télévisions locales et régionales, les organisateurs de la commémoration avaient lancé des appels aux témoins et à tous ceux qui pouvaient les aider à voir plus clair dans cette attaque.

Le soir du 25 mai, un message de Mr Nicolas CLINAZ est parvenu en soirée à Marloie, nous informant que, chercheur d'épaves et de vestiges de la Seconde Guerre Mondiale, il avait découvert (depuis quelque temps, déjà) le site du crash d'un P47 Thunderbolt au bois de Gougnies, près de Biesmes, crash survenu le 21 mai 1944 vers 12H22.
Les Archives allemandes dirent que, grâce à sa plaquette d'identité (les "Dog-tags") , elles identifièrent les restes du pilote comme étant ceux du Major Richard T. DEABLER.

Il a alors regardé dans les listes des pilotes tués à l'ennemi (KIA = Killed in Action) ce jour-là, et il a découvert que la victime était le CO (Squadron Commander) du 53 Fighter Squadron du 36 FG basé à Kingsnorth, au sud d'Ashford (Kent).
Sur le rapport officiel du crash, selon l'ailier du pilote crashé, l'avion de son leader avait été endommagé lors de l'attaque d'un train de marchandises, "manifestement des munitions", vu l'explosion qui résulta du mitraillage!

Dès lors, comme la mission première du 36th FG (36ième Groupe de Chasse) était un noeud ferroviaire dans la région Metz-Longwy, une ligne tracée entre ces villes et Ashford dans le Kent (base des P47) permet de se rendre compte que cette formation rejoignait sa base en Grande-Bretagne. Au passage sur Marloie, comme il lui restait beaucoup de munitions, le leader a décidé de "faire une passe" sur le train de marchandises

Lorsque les balles de ses 8 mitrailleuses de calibre .50 (un demi-pouce, c'est à dire 12,7 mm) touchèrent le train (1 balle sur trois étaient de type "API", c'est à dire Armour Piercing Incendiary, ou perforante et incendiaire, plus les explosives et traçantes ), les munitions contenues dans le train (450 Tonnes de TNT/Amatol!) explosèrent, et en combinaison fortuite avec l'essence de l'autre train, provoquèrent un souffle qui rappelle celui produit par les modernes "Bombes Fuel-Air"...
Cela explique l'incroyable puissance de l'explosion, et les dégâts provoqués au village!

 

Suite du Récit

Retour vers la page précédente

Retour vers la page active

 


Page Créée le 25/6/2014
MàJ :22-sep-17e --> . -- © Wallonia asbl
Tous droits réservés.
Remarques/Remarks : Charbin